Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

REFLEXION ET PARTAGE

REFLEXION ET PARTAGE

Des écrits sur mes reflexions du moment: histoire, philosophie, théologie, mes escapades, mais aussi des textes sur la nouvelle langue française


EVANGILE CELON LUC: L'AUTEUR DU TROISIEME EVANGILE

Publié par REFLEXIONS ET PARTAGE sur 9 Avril 2020, 21:43pm

Catégories : #RELIGION, #THEOLOGIE

EVANGILE CELON LUC: L'AUTEUR DU TROISIEME EVANGILE

IV.- L’AUTEUR DU TROISIèME éVANGILE

Luc n’a pas signé son ouvrage, mais d’autres l’ont fait pour lui. La Tradition est très solide sur cette attribution, en particulier :

  • Un texte latin du milieu du II° siècle (150), le Canon de Muratori, du nom de celui qui l’a trouvé (en 1740). C’est un canon des écritures (c’est-à-dire une liste des livres sacrés reconnus par l’église), texte très solide, reconnu par l’église. Nous y lisons ceci : « Le troisième évangile est écrit par Luc. Luc est le médecin qui, après l’ascension du Christ, fut emmené par Paul comme compagnon de ses voyages et qui écrivit en son nom, selon la pensée de Paul ».
  • Un autre texte de date postérieure (300) : « C’est un certain Luc, Syrien, originaire d’Antioche, médecin, disciple des apôtres, qui en est l’auteur. Il a suivi Paul jusqu’à son martyre. Ainsi donc, comme les évangiles avaient été écrits par Matthieu en Judée et par Marc en Italie (Roma), c’est sous l’inspiration du Saint Esprit qu’il écrivit cet évangile en Achaïe, la Grèce. »
  • D’autres témoignages : Irénée, Tertullien, Origène, etc., etc. Tous unanimes, pour Luc, médecin d’Antioche.

 V.- PETITE BIBLIOGRAPHIE SUR SAINT LUC

  1.   Les introductions des Bibles sur saint Luc ;
  2.   Godet : « Introduction au Nouveau Testament » (saint Luc), 1897 ;
  3.   Godet : « Commentaire de Saint Luc », 1889 ;
  4.   P. Rose, o. p. : « Traduction et Commentaire de Saint Luc », 1904 ;
  5.   P. Huby : «évangile de Saint Luc », 1927 ;

6) P. Georges : « L’évangéliste du Sauveur », article dans les « Cahiers de l’évangile » (n° 26, 1973), ainsi qu’une vingtaine d’autres articles du même auteur, bon connaisseur de saint Luc.

7) Rigaux : « Témoignage de l’évangile de Luc », 1970 ;

8) Cardinal Martini : « L’évangélisateur, Saint Luc », 1985 ;

9) Fr. Boven : « Luc, le Théologien », 1988 ;

10) Soeur Jeanne d’Arc : «évangile selon Saint Luc », 1988.

CONCLUSION

1°) Sur le plan historique :

  • En quantité, l’évangile de Luc est plus riche que les autres. Un bon quart des événements n’est pas rapporté par Matthieu et Marc. Exemples : l’envoi des soixante-dix disciples, la pécheresse aux pieds de Jésus, Zachée, le bon Larron, les disciples d’Emmaüs. Sans Luc, nous aurions un évangile amputé, bien incomplet.
  • En qualité, l’évangile de Luc est plein de détails ignorés par les autres évangiles. Exemples : la prière de Jésus à son baptême et à la transfiguration (Lc 3 & 9), le regard de Jésus sur Pierre (22, 61), regard appuyé et perçant (« »).
  • En renseignements de toutes sortes : « Je me suis informé avec soin » (1, 3), avec des repères historiques constants. Exemple au chapitre 3 : Tibère, Ponce Pilate, Hérode, Caïphe, etc. Non, rien n’est improvisé.

2°) Sur le plan littéraire :

C’est l’évangile qui est le mieux construit, parfaitement ordonné, avec un axe central : la montée vers Jérusalem. Jérusalem, sommet de l’amour chaleureux de Dieu, cœur de tout le reste, source de tous les gestes du Christ. Voir 8, 41-51, les trois jours ; voir 9, 51, le départ vers Jérusalem ; voir 24, 1-8, l’arrivée au tombeau.

Et nouveau départ depuis Jérusalem, avec le chapitre premier des « Actes ».

3°) Sur le plan religieux :

Toutes les grandes redites de la vie chrétienne y sont mises en relief. Luc est une mine inépuisable, où il nous fait comprendre l’ ‘entrée’ du Fils de Dieu dans l’Histoire du monde. Celle que nous allons rappeler et célébrer en l’an 2000. Luc est le grand évangéliste de l’an Deux Mil.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents